Mon idée du massage - Mark Smith

Mon blogue

Mon idée du massage

Mon idée du massage - Mark Smith

Je ne sais pourquoi, un jour alors que je faisais mes courses dans un très grand centre commercial, je passais devant un centre d’esthétique qui faisait une offre sur des massages aux algues. J’en avais grandement envie. Je rentrais pour demander au départ quelques renseignements, pour finir avec trois rendez-vous. Un massage aux algues. Un massage aux pierres chaudes et un massage ayurvédique. Je pensais qu’après cela, j’en aurais fait le tour pour décider de celui qui me conviendrait le plus pour la suite. Le massage aux algues était des plus agréable, si ce n’est l’odeur. J’en ressortais avec une telle pêche que je reprenais deux rendez-vous pour le mois d’après. Le massage aux pierres chaudes avait lui aussi été très bénéfique. La masseuse m’avait souligné que j’avais quelques taches brunes peau du dos qu’elle savait faire diminuer l’apparence si je le désirais. Elles étaient derrière moi, je ne les voyais jamais, je m’en contrebalançais. Le massage ayurvédique avait, quant à lui, été le plus complet. J’avais reçu plein d’indications et plein de conseils de la masseuse indienne qui, par le simple tâtonnement de certaines parties de mon corps, devinait mes blessures profondes.

Je continuais à m’offrir quelques massages pendant toute l’année. C’était devenu tellement important pour moi, que s’en devenait mon seul hobby. Il m’arrivait même d’en faire deux par semaine, pour avoir la certitude de garder le cap au travail. Je restais presque 14 heures par jour dans un bureau dans l’enfermement total, sans avoir la possibilité de voir le ciel de toute la journée. Il me fallait au moins trouver quelque chose pour expurger tout le stress qui s’engouffrait en moi silencieusement, et qui s’insinuait au plus profond de mon être, au point de déformer, voire de dégrader quelques parties mon corps. Je finissais aussi par aller chez un ostéopathe. Ce n’était pas vraiment des massages, mais des attouchements et des effleurements sur plusieurs parties musculaires au départ. J’avais, selon ses dires, pas mal de choses à remettre en place. Lorsqu’il me faisait craquer quelques cervicales, ainsi que toute la colonne vertébrale, je sentais parfois comme une extase en moi. Dommage que cela disparaisse trop vite. Malgré tous les bienfaits de l’ostéopathie, je continuais à faire quelques massages divers selon mes humeurs. Certains ont la cigarette, d’autres l’alcool, et d’autres beaucoup plus. Moi, ce sont les massages qui me font aller vers le nirvana. À chacun sa méthode.